Paysages routiers et dépendances vertes

L’entretien des bords de route est réalisé selon plusieurs principes : sauvegarde de la faune, de la flore et des espèces protégées grâce à la pratique de l’entretien raisonné, la réduction des produits phytosanitaires, la préservation des arbres d’alignement.

Pour l'entretien de ses dépendances vertes routières, le département a mis en place une gestion différenciée et adaptée à la végétation de ces espaces pour préserver la biodiversité et le patrimoine arboré qui composent le territoire gersois.

La totalité de la gestion des dépendances vertes routières est réalisée en régie par les agents des routes.

Enjeux : Sécurité, environnement et patrimoine

  • la sécurité des usagers en garantissant une bonne lisibilité de la route et une bonne visibilité dans les zones à risque (carrefour, courbes, …)
  • la préservation du paysage gersois
  • la préservation de la biodiversité locale : trame verte le long des axes routiers
  • le potentiel issu des connexes (BRF, bois énergie).

Le fauchage pour l’entretien des accotements : dégagements de visibilité et accès

2 campagnes :

  • fin avril – début juin en 12 jours ouvrés
  • fin juin – début juillet en 25 à 30 jours ouvrés

Un enjeu environnemental :

  • Une politique responsable d’entretien des dépendances vertes
  • Une hauteur de coupe relevée à 10 cm
  • Impacts économiques et environnementaux : préservation de la biodiversité, limiter les émissions de CO2, limiter l’érosion des talus

Le débroussaillage pour l’entretien des talus

  • 1 campagne de mi-aout à mi-mars

L’objectif est de créer des corridors de biodiversité favorisant la circulation, le refuge, l’alimentation de la faune sauvage, mais également l’installation d’une diversité d’habitats de fruits et de floraison propices à cette faune sauvage, ce qui pourra limiter les coulées de boue et l’érosion des talus routiers, et contribuer positivement à la qualité des paysages routiers.

La taille des lisières au lamier

  • 1 campagne de mi-septembre à fin janvier pour traiter un tiers du réseau

La valorisation des connexes issus de l’entretien routier

  • Valorisation du bois issu de la taille au lamier pour réaliser des plaquettes bois qui alimentent les chaufferies bois de quelques collèges.

Le zéro phyto

  • Arrêt de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des dépendances vertes routières pour préserver l’environnement et la santé des agents d’exploitation de la voirie, amenés à utiliser ces produits.
  • Des techniques palliatives à l'emploi des produits phytosanitaires : le fauchage sous glissière, le bétonnage des pieds de panneau accompagné d'une rationalisation de la signalisation de police.
  • Des réflexions et expérimentations en cours pour développer de nouvelles techniques d'entretien se substituant au traitement chimique  (désherbeurs thermiques, brosses métalliques …).