Gastronomie  Concours de cuisine Gastro’mômes 2022 

Le Concours de cuisine Gastro’mômes s’est tenu ce mercredi 29 juin à l’occasion des Assises de l’Alimentations Durable. Neuf binômes de collégiens se sont affrontés dans les cuisines du CFA de Pavie pour présenter leurs réalisations au jury réuni à l’hôtel du Département. Immersion dans cette compétition culinaire qui met à l’honneur les services de restauration scolaire du Département.

Publié le

Dans les coulisses de l’aventure culinaire Gastro’mômes

L’effervescence est palpable dans les cuisines du CFA de Pavie. Leur toque vissée sur la tête, 18 collégiens de 5e et de 4e sont sur la ligne de départ de la 3e édition du concours de cuisine Gastro’mômes, organisé par le Conseil Départemental du Gers, en partenariat avec les services de restauration des collèges.

Arnaud Finazzi, chef cuisinier du Département, coordinateur du concours, adresse ses dernières recommandations aux candidats. Sur les visages, un peu de stress, mais beaucoup de sourires, c’est enfin le grand jour ! Les cuisiniers en herbe sélectionnés pour le concours vont dévoiler leurs recettes, secrètement concoctées pendant plusieurs semaines dans les cuisines de leur collège avec leur coach. Ils présenteront leurs menus, composés d’une entrée et d’un dessert, lors des Assises de l’Alimentation Durable organisées par le Département.

Une compétition sous l’œil avisé de Philippe Urraca

Neuf établissements sont en compétition cette année : Condom, Samatan, Auch Salinis, L’Isle-Jourdain avec les établissements Françoise Héritier et Louise Michel, Marciac, Mauvezin, Aignan et Masseube.  Les collégiens concourent en binômes, soutenus par leurs coachs, cuisiniers du service de restauration scolaire, pour tenter de séduire le jury présidé par une star des fourneaux : Philippe Urraca. Ce chef pâtissier Meilleur Ouvrier de France, enfant du Gers, est un habitué des concours de cuisine à la télévision (« Qui sera le prochain grand pâtissier » sur France 2). Il sera présent et attentif aux concurrents tout au long de la compétition.

Rendez-vous était donné aux candidats à 13h30 dans les cuisines du CFA de Pavie pour préparer leur entrée et leur dessert de A à Z. Temps imparti : 3 heures. Une course contre la montre qui n’est pas sans rappeler l’émission à succès « Top Chef », que tous les participants ont certainement en tête. Rapidement, les cuisines du CFA sont en ébullition. Les collégiens slaloment entre les fourneaux, des odeurs alléchantes commencent à s’échapper des fourneaux. Philippe Urraca, visiblement ravi d’être là, passe de binôme en binôme pour glisser un conseil par-ci, une réflexion par-là, avec toujours une note d’espièglerie. Mais il n’oublie pas sa mission principale : noter les concurrents sur l’organisation de leur poste de travail, l’hygiène, la technique et la réalisation. « C’est aux enfants de s’exprimer, les coachs sont là pour superviser mais il faut laisser la main aux jeunes, c’est avant tout leur concours », rappelle le chef pâtissier quand les professionnels s’impliquent un peu trop à son goût. Il a l’œil avisé, rien ne lui échappe, mais la critique est toujours bienveillante, Philippe Urraca est surtout là « pour le partage et le plaisir de transmettre ».

Une compétition et une transmission

Les collégiens ont le geste sûr, fruit de longues semaines d’entraînement. Ils connaissent leurs recettes par cœur. Concentrés, rigoureux, ils mettent en musique leurs ingrédients et leurs produits sans fausse note. Tous sont là pour l’amour de la cuisine, mais pas seulement. « Avec mon binôme, on s’est dit que ça pourrait être amusant », glisse Lou-Rose qui représente le collège de Masseube. Ilyès, du collège Françoise Héritier à l’Isle-Jourdain aime la cuisine, « mais surtout la compétition ». Avec son meilleur ami Timéo, ils ne sont pas là pour faire de la figuration. « C’est une très belle expérience surtout pour moi car je veux devenir cuisinier plus tard », ajoute Timéo alors qu’il étale méticuleusement sa pâte à croustade.

Du côté des coachs aussi l’investissement est total. Ils ne lâchent pas leurs apprentis cuisiniers d’une semelle. Victor Da Costa, chef cuisinier au collège de Marciac et tenant du titre, est bien rodé à l’exercice, « Il y a toujours un petit enjeu. Ce qui me plaît avant tout dans ce concours c’est de transmettre les valeurs du bien manger aux élèves mais surtout qu’ils me voient différemment que comme le chef de cuisine derrière son self. On tisse de vrais liens avec eux, c’est super! ». Ses conseils pour être un bon cuisinier ? La passion, la rigueur et le plaisir. Des valeurs visiblement partagées par tous les concurrents.

Un jury élogieux et conquis

Il est 16h30. Tous les participants ont terminé dans les temps. Direction l’hôtel du Département pour le deuxième acte de Gastro’mômes. Les collégiens doivent encore dresser leurs assiettes. Agglutinées derrière les fenêtres, les familles envoient leurs encouragements et tentent de voler quelques photos, mais interdit de pénétrer dans le saint des saints où tout va se jouer dans quelques minutes. Sur la scène dressée dans le parc du Département, les sept membres du jury s’installent autour de Philippe Urraca. Parmi eux, les élus du Conseil Départemental Jérôme Samalens, vice-président en charge de l’éducation et des collèges et Cathy Daste-Leplus, vice-présidente en charge du Projet Alimentaire Territorial, animateurs de ces Assises de l’Alimentation Durable.

Gaufres salées aux carottes et son pesto de concombre, œuf mollet et son nid de légumes d’été, petit épeautre en folie sucrée-salée, chiffon cake à l’ananas, verrine d’abricots au chocolat et romarin… Les plats défilent les uns après les autres, d’abord l’entrée puis le dessert, sous le regard admiratif d’un jury séduit par la présentation des plats. Côté goût aussi, tous prennent visiblement  du plaisir. « J’ai senti de la passion, de l’amour, ils ont voulu faire plaisir. Je me suis éclaté à déguster ces plats, aujourd’hui les jeunes et leurs coachs nous ont fait vibrer », se réjoui le Chef Philippe Urraca lors de la remise des prix en présence du Préfet du Gers, Xavier Brunetière, et du Président du Département, Philippe Dupouy, qui a également complimenté les participants pour la qualité de leurs réalisations.

Les résultats du concours

La première place est revenue aux deux camarades du collège Françoise Héritier de L’Isle-Jourdain, Timéo et Ilyès, qui ont conquis le jury avec leur salade gersoise revisitée et leur croustade aux pommes façon mille-feuille. Leur coach Vincent Tenes n’a pas caché son émotion : « Ils sont arrivés avec leurs idées, leur technicité, on a approfondi tout ça, ils se sont beaucoup entraînés au collège et à la maison. Travailler avec des jeunes qui ont envie c’est génial! ». À la seconde place ex aequo, les collèges de Condom et Louise Michel de L’Isle-Jourdain. Et une belle troisième place pour tous les autres collèges, tous méritants et récompensés pour leur travail et leur créativité culinaire.

Rendez-vous est donné l’an prochain pour une prochaine édition de Gastro’mômes. Une belle initiative dont l’objectif est avant tout de sensibiliser les jeunes, et au-delà la population gersoise, aux valeurs du « bien manger ». Des valeurs prônées par le Projet Alimentaire Territorial du Gers et par ses Assises de l’Alimentation Durable qui se sont tenues du 27 au 30 juin.