Santé

La Stratégie vaccinale dans le Gers pour les semaines à venir : évoluer pour continuer

Publié le

Le numéro d’appel gratuit mis en place par le Département du Gers, avec l’appui de l’Etat et de l’ARS afin de fixer des rendez-vous dans nos Centres de vaccination principaux et de renfort a été un succès.  En moins d’une semaine, ce dispositif propre au Gers aura permis de donner plus de 4 500 rendez-vous aux gersoises et aux gersois.

La stratégie de vaccination « gersoise », qui s’inscrit pleinement dans les orientations fixées par le gouvernement, a débuté le 18 janvier pour les personnes de plus de 75 ans vivant à leur domicile et celles présentant des pathologies à haut risque.

A fin janvier, plus de 5 000 gersoises et gersois seront vaccinés, dans nos EHPAD, parmi les professionnels de santé de plus de 50 ans ou à risques, et dans les différents Centres de vaccination de proximité ouverts, comme nous l’avions voulu, sur l’ensemble du territoire départemental.

D’ici la fin-février, ce chiffre atteindra 12 000 personnes, qui seront engagées dans le processus de vaccination, certaines pour bénéficier de la première injection, d’autres pour recevoir leur seconde injection.

L’Etat et le Département du Gers ont, depuis le début de cette crise, fait le choix de rapprocher la stratégie vaccinale départementale de la population, en ouvrant notre propre plateforme d’appel, intégrant les canaux nationaux et territoriaux de prise de rendez-vous (1000 rendez-vous fixés chaque jour), en créant 6 Centres de vaccination principaux et 12 Centres de renfort, en fédérant l’ensemble des acteurs de cette crise sanitaire : Etat, Département, Maires, professionnels de santé, SDIS, CPAM, sécurité civile, Région.

Cette organisation très intégrée, probablement unique à l’échelle de la Région Occitanie, est adaptée au plus près des attentes de notre territoire, même si elle fait face aux conséquences du succès populaire de la vaccination dans notre Pays.

Le choix de créer une plate-forme d’appel commune à tous les centres de vaccination et d’un numéro gratuit, propre au Gers et malgré les difficultés rencontrées, a été décisif car il garantit que chaque rendez-vous pris correspond bien à une possibilité effective de vaccination comme le montre cette première semaine de fonctionnement des six centres principaux de vaccination.

Notre objectif est de poursuivre dans cette voie et garantir la vaccination à tous ceux qui bénéficient d’un rendez-vous y compris en mars pour leur deuxième injection. Nous nous appuyons sur une stratégie pragmatique fondée sur une évaluation continue de la consommation des stocks et des perspectives de réapprovisionnement à 4-6 semaines au regard de la prise de rendez-vous.

En toute transparence, afin de sécuriser les prises de rendez-vous, il nous a paru préférable de limiter la prise des rendez-vous aux créneaux de février, y compris ceux de la deuxième quinzaine de février et, en conséquence, de suspendre les prises de rendez-vous pendant une dizaine de jours à partir du 25 janvier, 12h00.

Tous nos Centres de vaccination continueront de fonctionner à un rythme très soutenu sur le mois de février, afin notamment de dispenser la seconde injection prévue par le protocole sanitaire. Les gersoises et les gersois qui ont été vaccinés une première fois auront accès à la seconde injection, pour certains d’entre eux en mars.

Les modalités de rendez-vous pour les premières injections en mars seront construites dans les deux semaines à venir en intégrant la montée en puissance de notre organisation de vaccination.

En conséquence le numéro d’appel gratuit mis en place par le Département sera à nouveau actif le mardi 9 février, 8h30.

Notre objectif aujourd’hui reste le même, maintenir sur le mois de février une capacité de vaccination de 3000 personnes par semaine et atteindre le chiffre de 15 000 personnes vaccinées au début du mois de mars, soit plus de 50 % du public prioritaire (qu’il s’agisse des résidents dans les EHPAD, de personnes de plus de 75 ans, des personnels de santé âgés de plus de 50 ans ou de personnes à haut risque).