Agriculture, Education

Le Département à l’écoute des futurs agriculteurs

Une quarantaine de lycéens gersois des sections agricoles (viticole, production, commerce) de Mirande, Riscle et Masseube se sont réunis pour réfléchir à l'agriculture de demain.

Publié le

Après une première étape au lycée Beaulieu-Lavacant en décembre, une nouvelle rencontre avec des élèves des lycées agricoles gersois s’est déroulée à Mirande mardi 28 janvier, sous l’égide de la Direction Stratégie et Participation Citoyenne et de la Direction Territoires et Développement Durable, dans le cadre de la réflexion engagée sur l’agriculture de demain.

Une quarantaine de jeunes des sections agricoles (viticole, production, commerce) de Mirande, Riscle et Masseube était réunie au lycée agricole pour réfléchir et échanger sur les moyens d’accéder aux évolutions qu’ils souhaitent pour l’agriculture à l’horizon 2025-2030. 

Les interactions ont été riches et l’émulation a permis de faire émerger les thèmes majeurs à leurs yeux, comme : 

  • Les rapports entre agriculteurs : solidarité, compétition, mutualisation.
  • La sensibilisation du grand public aux réalités du monde agricole : éducation des consommateurs, relations agriculteurs-consommateurs, circuits courts.
  • La durabilité des exploitations, des ressources, du paysage.
  • L’évolution des normes, du matériel, des technologies.
  • Les dimensions économiques de l’agriculture : relations avec les banques, aides, charges.

Les participants étaient réunis en petits groupes où les échanges ont été dynamiques et productifs, grâce à des procédés d’animation originaux, notamment les arbres réalisés par les élèves, à lire en trois temps : les racines évoquent le constat sur l’agriculture d’aujourd’hui, le feuillage représente ses évolutions anticipées et le tronc symbolise les leviers et moyens pour y parvenir. 

A l’issue de la séance, l’avis général était très positif. Elèves et enseignants se sont félicités de cette animation, ainsi que de cette attention portée au monde agricole, souvent peu ou trop mal considéré d’après eux. Les services du Département du Gers ont, quant à eux, souligné la pertinence des échanges et des contributions, au service d’une définition de l’agriculture du futur.