Solidarité, Sport  Le Département partenaire du double défi de Régis Brun, «  l’homme de fer  » gersois 

Publié le

Du Gers à Hawaï, le défi sportif du triathlète Régis Brun

Le triathlète gersois Régis Brun s’est fixé un défi de taille : participer en octobre à deux compétitions de triathlon en format « Iron Man », à seulement trois semaines d’intervalle, aux États-Unis, sur l’île d’Hawaï puis à Saint-Georges dans l’Utah. Une aventure sportive hors du commun, en partenariat avec le Conseil Départemental, qui s’accompagne d’une démarche solidaire au profit de la lutte contre le cancer.

Du Gers à Hawaï il n’y a pas qu’un pas, mais des kilomètres de foulées, de coups de pédale, de longueurs de natation, de la sueur, de l’effort et surtout beaucoup de détermination. L’athlète gersois Régis Brun, qui ne compte plus ses heures d’entraînement, a bien mérité sa sélection au mythique triathlon Iron Man (« homme de fer » en français ) d'Hawaï aux États-Unis, berceau de cette discipline exigeante qui consiste à enchaîner 3,8 km de natation, 180,2 km de cyclisme et un marathon de 42,195 km. Des distances dantesques dont seuls les mieux préparés peuvent arriver à bout. Et c’est bien l’objectif que s’est fixé Régis. Mais il ne s’arrête pas en si bon chemin puisqu’il s’est également qualifié coup sur coup pour l’Iron Man de Saint Georges dans l’État de l’Utah. Deux courses de légende qui réuniront les plus grands athlètes mondiaux de la discipline et qui verront le Gers mis à l’honneur par le sportif Lislois. « J’emmène le Gers avec moi, je suis très attaché à mon territoire et très fier de ce partenariat avec le Conseil Départemental », confie-t-il.

 

La notion de dépassement

Le premier rendez-vous est donc donné le 6 octobre prochain à Hawaï pour le triathlon très longue distance, XXL, parmi les plus emblématiques au monde. « C’était un rêve inaccessible dans ma tête, le Graal pour un triathlète, cette qualification est un véritable accomplissementpour moi ». C’est grâce à sa performance en mai dernier, lors de l’Iron Man à Mallorca, où il termine 9e de sa catégorie, que ce rêve est devenu une réalité, « j’étais sur la bonne course au bon moment ». Deux mois plus tard, en juillet, il se qualifie aux Sables-d’Olonne pour l’Iron Man de Saint-Georges dans l’Utah, toujours aux États-Unis, qui se déroulera le 29 octobre prochain. « J’ai saisi l’opportunité, je ne pouvais pas refuser ce challenge. Je sais que ça fait beaucoup à trois semaines d’intervalle, mais je me dis que ce qui est pris n’est plus à prendre. C’est une aventure personnelle et humaine qui promet d’être forte en émotions ». Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort…Régis Brun veut tester ses limites. « Ces courses permettent de savoir de quoi on est fait, voir jusqu’où on peut aller mentalement et physiquement, jusqu’où on peut amener le corps. C’est la notion de dépassement qui me motive. J’aime cette relation au corps et à la souffrance ».

Un exploit pour la bonne cause

Après un début de carrière sportive dans le motocross, il a embrassé le triathlon en 2013, avec un premier Iron Man à Nice en 2017, « me surpasser physiquement, c’est devenu une véritable addiction », confie le Lislois. Le Gers est devenu son terrain d’entraînement de prédilection, à raison de 3 heures de natation, de 2 entraînements de course à pied et de plusieurs sorties à vélo par semaine « dans toutes les conditions et par tous les temps ». Cet été, il n’a d’ailleurs pas hésité à mettre son corps à rude épreuve en s’entraînant avec des températures caniculaires pour se mettre en condition. « À Hawaï, la température avoisine les 35 °C et le taux d’humidité est de 80% », précise-t-il. Une préparation intensive et quotidienne qui lui prend tout son temps libre.

À 54 ans, ce commercial dans une entreprise de construction d'abri de piscine lisloise, court après la performance et se nourrit de la compétition. Mais pas que… « J’ai voulu dédier ces deux courses à une cause qui me tient à coeur, la lutte contre le cancer car j’ai été personnellement touché. Ma fille, qui heureusement aujourd’hui va très bien, a dû se battre contre la maladie alors qu’elle était à peine âgée de 18 ans ». Une épreuve qui laisse des traces mais qui a renforcé sa détermination et sa combativité. « Le sport m’a beaucoup aidé dans ces moments difficiles ». Il a donc décidé de créér une cagnotte sur la plate-forme participative Leetchi pour récolter des fonds pour la Ligue contre le cancer pendant ce double défi. « Les fonds seront entièrement reversés à l’association », indique-t-il. Encore une bonne raison de suivre ses aventures dès le 6 octobre via les réseaux sociaux Instagram et Facebook. L’occasion pour les Gersois et les Gersoises qui le souhaitent d’encourager virtuellement cet enfant du pays qui portera haut les couleurs du département.

Je participe à la cagnotte sur la plate-forme participative Leetchi