Le compte administratif

Le compte administratif est le bilan financier de l'ordonnateur qui doit rendre compte annuellement des opérations budgétaires exécutées. Il doit être voté avant le 30 juin de l'année N+1.

Le compte administratif 2019

Le compte administratif de l'exercice 2019 est conforme au compte de gestion présenté par le payeur départemental.

Le résultat cumulé constaté au 31/12/2018, soit 8 465 685,36 € a enregistré une variation de +4 911 922,02 € pour s’établir à 13 377 607,38 € au 31/12/2019. Ce résultat est identique à celui constaté dans le compte de gestion établi par le payeur départemental.

Parmi les faits marquants, on peut notamment citer :

1 - Des niveaux d’exécution du budget très élevés tant en dépense (97%) qu’en recette (101,5%).

- pour la section d'investissement 95,93 % en dépenses et 99,38 % en recettes ;

- pour la section de fonctionnement 97,30 % en dépenses et 101,80% en recettes.

2 - Le respect des engagements de la collectivité en matière d’encadrement des dépenses de fonctionnement :

Comme en 2018, le département a respecté ses obligations relatives à l’encadrement des dépenses prévu par la loi de programmation des finances publiques du 22/01/2018, en contenant ses dépenses de fonctionnement en dessous du seuil de +1,2%.

Les dépenses d’actions sociales s’établissent à 149,56 M€. Elles représentent 51.47% des dépenses réelles totales de la collectivité (64,39 % des dépenses réelles de fonctionnement et 1,67% des dépenses réelles d’investissement). Elles sont composées notamment des 3 Allocations Individuelles de Solidarité (APA, PCH, RSA) pour 64,068 M€ qui progressent respectivement de +0,19%, +5,23% et +3,33% ainsi que de dépenses d’hébergement pour un montant de 47,417 M€ (contre 50,393 M€ en 2018).

Les dépenses de masse salariale évoluent faiblement en 2019 (66,591 M€ en 2019 contre 65,913 M€ en 2018), soit une progression contenue à +1,03%.

3 - La poursuite du désendettement de la collectivité et le maintien de bonnes conditions de financement :

La collectivité s’est à nouveau désendettée de 0,981 M€ en 2019 grâce à un recours à l’emprunt (12,500 M€) plus faible que l’annuité en capital (13,481 M€). L’encours de dette du Département, tous budgets confondus, s’établit ainsi au 31/12/2019 à 122,878 M€ à comparer aux 123,859 M€ au 31/12/2018. De plus, selon la charte Gissler de bonne conduite, la dette est indexée à 100% sur un risque 1A (c’est-à-dire non structurée). La dette du Département comporte 35 emprunts contractés auprès de 7 groupes bancaires. Cette démarche de diversification des partenaires bancaires permet ainsi de réduire le risque d’exposition du Département et de bénéficier des meilleures conditions financières grâce à une mise en concurrence. Le taux d’intérêt moyen a à nouveau diminué en 2019 pour s’établir à 1,76%.

4 - Un accroissement des niveaux d’épargne :

En 2019, l’épargne brute du Département tous budgets confondus s’établit à 25,44 M€. Au titre du budget principal elle s’établit à 24,66 M€. L’épargne brute qui exprime la capacité de la collectivité à rembourser sa dette et à autofinancer ses investissements est en progression par rapport aux niveaux de 2017 et 2018 qui s’établissaient respectivement à 18,03 M€ et 22,45 M€ tous budgets confondus.

5 - Un niveau d’investissement globalement stable :

Les dépenses réelles d’investissement s’établissent en 2019 à 59,87 M€ contre 59,96 M€ en 2018.